Convergence citoyenne pour la transition energetique
A l'initiative des collectifs contre le gaz de schiste

Accueil > Français > Autres événements, autres convergences > Pour que cesse l’Exploitation industrielle de la nature !

Pour que cesse l'Exploitation industrielle de la nature !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

samedi 26 mars 2016, par Gilles Quiniou

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour que cesse l’Exploitation industrielle de la nature !
et ses conséquences sur la destruction de l’environnement et la dégradation de la santé publique.

Débat avec Anna Bednik auteure de "L’extractivisme"
Édition : Passager Clandestin disponible sur la librairie de l’ADEROC

et des habitants riverains de sites miniers pollués

L’extractivisme donne un nom aux différents visages de l’exploitation massive et destructrice de la nature, aux mille projets qui engloutissent jour après jour de nouveaux territoires.
Anna Bednik a écrit le premier ouvrage à traiter cette question sous tous ses aspects.Sous cette définition générique, l’extractivisme désigne un stade superlatif, obsessionnel voire idéologique de l’activité d’extraction, par analogie avec le « productivisme »
et le « consumérisme » auxquels il est d ailleurs étroitement lié :c’est pour fournir, chaque année, plus de 70 milliards de tonnes
de « ressources naturelles » diverses aux chaînes de production et de consommation de marchandises que les frontières extractives, c’est-à-dire les limites géographiques et technologiques de cette activité sur la planète, sont sans cesse repoussées par le capitalisme industriel.
En une plongée vertigineuse au coeur de la « planète-marchandise », elle procède à l’ étude documentée des logiques de l’extractivisme : qu"extrait-on ? Où et comment le fait-on ? Qui extrait ?
Avec quels objectifs, quels discours de légitimation, quelles conséquences réelles et quelles perspectives pour l’avenir ?
Au Sud, mais également au Nord comme le montre l’exemple des gaz et huiles de schiste , partout l’extractivisme est synonyme de transformation de vastes territoires en « zones de sacrifices » destinées à alimenter la mégamachine.
Il est ainsi devenu le nom de l’adversaire commun pour de multiples résistances collectives et locales qui, tout en défendant des espaces pour y vivre, réinventent des façons d’habiter la Terre. Ce sont aussi les raisons, les formes et la portée de ces résistances que restitue cet ouvrage essentiel.

- Jeudi 7 Avril - 20 H - Montpellier (34)
Corum (Salon du Belvédère)

- Vendredi 8 Avril - 18H>22h - Anduze (30)
Salle des Casernes

- Samedi 9 Avril - 17 H - Le Vigan (30)
Salle du Cantou

Débat organisé en partenariat avec :
Convergence citoyenne pour la transition énergétique,
les Objecteurs de Croissance LR,
la Belle Cause,
le Collectif anti GdS Le Vigan
et Montpellier Décroissance

()

Documents joints